Au coeur d’une prison Australienne

Explorer une prison construite par des bagnards en 1851. Découvrir un site exceptionnel classé au patrimoine mondial par l’UNESCO en 2010. Et, entendre encore le gémissement du prisonnier qui attend d’être exécuté… le tout, de nuit ! 

 

Torchlight tour prison de Fremantle. australie, pvt, pvt australie, voyage australie, blog de voyage, blog voyage, blog australie, gatoi, voyager seule, prison

 

Une visite incontournable : la prison de Fremantle

 

La prison de Fremantle a cessé son activité pénitentiaire en 1991 après 140 années de service. Elle fut construite en 1851 par des bagnards directement envoyés d’Angleterre par le Royaume pour établir une colonie en Australie.

 

Il est aujourd’hui possible de visiter une partie de la prison comme elle était à l’origine. Quelques modifications ont été apportées au fil des années, mais le bloc pénitencier principal et la chapelle sont resté intacts tout comme d’autres endroits plus obscurs

 

Je vous emmène à la découverte de ce site exceptionnel de 60 000 m2 classé « Australia National World Heritage Site » et inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Préparez-vous pour un tour inédit et un peu terrifiant de la prison à la seule lumière de ma lampe torche ! 🙂

 

 

Une expérience inédite en prison

 

La cloche sonne pour le rassemblement, nous voilà transportés dans le passé. Nous devons nous mettre en rang et déjà, la tension est palpable. Je me sens comme un bagnard attendant qu’on lui indique la direction à prendre.

 

Prison de Fremantle, Prison de Fremantle. australie, pvt, pvt australie, voyage australie, blog de voyage, blog voyage, blog australie, gatoi, voyager seule, prison

 

La nuit vient de tomber et le vent de se lever. Simon, le guide, nous avertit : « une fois cette porte franchie, impossible de faire demi-tour et à l’intérieur, interdiction de me quitter d’une semelle ! ». Le message est clair.

 

Je suis impatiente. Dans quelques secondes, je vais découvrir cet endroit inédit, véritable témoin des migrations forcées qui ont fait l’histoire de l’Australie. Mais je suis aussi un peu inquiète car j’ai entendu quelques rumeurs sur la prison et j’ai bien peur que des ombres ne viennent me terrifier…

 

Après avoir récupéré nos lampes torches, nous commençons la visite. Un court passage aux anciennes douches de la prison puis nous sortons à l’extérieur pour rejoindre la cour principale. Depuis cet endroit, nous avons une vue d’ensemble sur les bâtiments. On s’attendrait presque à voir un gardien perché sur l’un des miradors en train de nous surveiller d’un oeil mauvais.

 

Des murs et des murmures

 

Torchlight tour prison de Fremantle. australie, pvt, pvt australie, voyage australie, blog de voyage, blog voyage, blog australie, gatoi, voyager seule, prison

 

D’ici, le guide commence à nous conter l’histoire de la prison. Il nous parle des nombreux convois de bagnards envoyés d’Angleterre, des conditions de vie difficiles. Il fallait multiplier les 15°C de l’Angleterre par 3, endurer la chaleur, se contenter de maigres repas et de peu de repos…certains détenus portaient des chaînes, d’autres devaient supporter des traitements punitifs et la majorité avait l’obligation de travailler de longues heures sous un soleil qui cloque la peau et brûle la rétine…

 

Puis, avant d’entrer dans le premier bâtiment, le guide prend sa respiration et décide de nous raconter, à voix basse comme par peur qu’on l’entende, l’étrange histoire d’un des anciens gardiens de prison qui démissionna subitement après 15 années de bons et loyaux services…

 

Après cette histoire à donner la chair de poule, à nous la visite de la partie du site conservé comme à l’origine : le bloc principal de la prison et les cellules. Avant d’emprunter le long couloir, le guide nous désigne un seau. Il nous apprendra qu’il s’agissait des toilettes portatifs des prisonniers et qu’un seul seau servait à plusieurs détenus… l’odeur d’excréments qui se propageait alors dans les couloirs devait être insupportable. Mais le plus surprenant est de savoir que ce procédé a été utilisé jusqu’à la fermeture de la prison en 1991.

 

 

Des cellules parmi les plus petites au monde !

 

Le bâtiment principal est scindé en 4 divisions. Les détenus étaient « classés » en fonction de la nature et de la gravité de leur crime, du simple petit voleur de cigarettes au tueur en série.

 

Nous visitons les cellules. Avant 1900, certaines d’entres elles ne mesuraient que 2m10 par 1m20, tout juste de quoi accrocher un hamac ! Plus curieux, quelques uns des murs sont tapissés de peintures absolument magnifiques. Des fresques pour s’échapper mentalement d’un quotidien difficile… Un peu plus tard dans la visite, le guide nous mènera dans la cour extérieure et nous montrera d’autres peintures traitant de la vie quotidienne de certains prisonniers lorsqu’ils étaient encore libres.

Nous découvrons ensuite le quartier d’isolement. L’ambiance est très étrange. Comme si chaque cellule était encore occupée de meurtriers. Je décide par instinct de survie ou par simple frousse de ne pas m’approcher des portes des cellules…

 

Prison de Fremantle Nikon D610 - 24-70mm Joffray DUDA © https://www.worldshottravel.com/

 

Il y eut un temps où un prisonnier pouvait être enfermé jusqu’à 90 jours d’affilés dans ces cellules équipées du strict minimum. En 1970, un maximum de 7 jours de confinement et une heure de sortie par jour dans la cour et au sein d’un groupe était autorisé. De quoi s’approcher un peu plus d’une ligne de conduite « humaine ».

 

Le fouet et la potence

 

Nous sortons, sonnés. Nous voilà à nouveau encerclés de murs calcaires hauts de plusieurs mètres surmontés de fils barbelés qui s’entrechoquent à cause du vent.

 

La visite se poursuit. Nous nous arrêtons devant une structure en bois qui servait à « punir » le prisonnier à coup de fouet. Tout le monde se tait. L’imagination me guide loin, très loin dans le passé et j’entends presque le prisonnier qui gémit…

 

J’ouvre les yeux, le guide reprend son discours et ses mots s’entrechoquent dans ma tête : « Pieds, poings liés et cou enchaîné, le malheureux recevait des coups de fouets, par centaine. Mais pas d’un coup tant la douleur était insoutenable.

Une fois à bout de force, le médecin ordonnait au gardien l’arrêt des coups et pour éviter que les plaies ne s’infectent, recouvrait le corps du détenu de sels. Une fois remis sur pied, la correction recommençait. ».

 

Prison de Fremantle Nikon D610 - 24-70mm Joffray DUDA © https://www.worldshottravel.com/

Puis, la partie la plus troublante de la visite est arrivée lorsque nous nous sommes dirigés vers la salle d’exécution. C’est étrange de se tenir debout devant cette potence, notre coeur balance entre effroi et curiosité.

 

44 personnes ont été exécutées au sein de la prison, dont une femme. Tous pendus. Le tueur en série J. Edgar Cooke fut le dernier condamné pendu d’Australie-Occidentale en 1964. Et Martha Rendell, la dernière femme de ce même état, pendue en 1909 et qui a toujours nié avoir empoisonné les enfants de son conjoint.

 

Prison de Fremantle Nikon D610 - 24-70mm Joffray DUDA © https://www.worldshottravel.com/

 

Simon poursuit en nous détaillant les techniques d’exécution. Chaque étape devait être méticuleusement préparée. Par exemple, en fonction de la taille et du poids du condamné, la corde était ajustée pour éviter qu’il ne souffre pendant de longues minutes. Je ne suis pas à l’aise. Heureusement, nous ne nous attardons pas, mais la visite n’est pas finie…

 

Nous voilà arrivés devant une porte, en sous-sol. Nous comprenons très vite… Après la mise à mort, il fallait bien transporter le corps quelque part. Nous entrons alors dans la morgue de la prison. Y aurait-il un autre intérêt que la conservation des corps dans cet endroit frais ? Oui… dans les salles adjacentes, le personnel stockait les produits servant à nourrir les prisonniers. Et des cet instant, je n’ai définitivement plus faim.

 

Prison de Fremantle Nikon D610 - 24-70mm Joffray DUDA © https://www.worldshottravel.com/

 

Le point de départ de la visite se dessine au loin. Mais avant de terminer ce tour, je souhaite apporter une réponse à l’une de mes questions : est-ce que certains prisonniers auraient pu s’inspirer d’Edmond Dantès qui réussit à s’échapper du Chateau d’If dans le comte de Monte Christo? Ou bien, est-ce que la prison de Fremantle était inviolable ?

 

« Et si tu arrives à t’échapper… »

 

Prison de Fremantle Nikon D610 - 24-70mm Joffray DUDA © https://www.worldshottravel.com/

 

Des murs calcaires faciles à creuser, des failles dans la sécurité et surtout beaucoup d’ingéniosité ont permis à plusieurs détenus de se faire la belle. Des irlandais ont réussi à fuir par bateau, un surdoué a été en mesure de trafiquer des lignes téléphoniques et ainsi de communiquer avec l’extérieur pour planifier sa fuite. Puis il y eut Moondyne Joe, considéré comme le roi de l’évasion dans toute l’Australie ! Je sens que je vais aimer cette histoire.

 

Moondyne Joe réussit à s’échapper tant de fois de prison qu’une cellule fut spécialement conçue pour lui. Le gouverneur de l’époque, sûr de l’impossibilité de s’évader de cette nouvelle cage haute sécurité, lança même l’idée que si le détenu réussissait à s’échapper il serait pardonné. Et… il s’échappa… avant d’être repris deux ans plus tard et d’obtenir une remise de peine grâce à son exploit.

 

Prison de Fremantle Nikon D610 - 24-70mm Joffray DUDA © https://www.worldshottravel.com/

 

C’est sur ce propos que notre guide termine sa visite. Et moi, je repars fascinée par l’histoire de la prison de Fremantle qui permet d’introduire le sujet de la colonisation de l’Australie par l’intermédiaire d’une visite grandement menée ! Ce site historique classé vaut 100 fois le détour, le personnel est passionné, passionnant, aimable et ne pourra que vous inviter à vivre une expérience inédite.

 

Prison de Fremantle Nikon D610 - 24-70mm Joffray DUDA © https://www.worldshottravel.com/

 

Alors, si vous passez à Perth, n’hésitez pas une minute, ce n’est pas tous les jours qu’on peut aller en prison et en ressortir quand bon nous semble ! 🙂

 

Un très grand merci à Tania pour sa confiance, Matthew pour la visite privée de la prison l’après-midi et Simon pour sa visite guidée de grande qualité.

 


 

FREMANTLE PRISON

 

  • 1 The Terrace, FREMANTLE WA 6160
  • Tel. : (08) 9336 9200
  • Email : info@fremantleprison.com.au

 

Réservation obligatoire en période estivale.

 

Retrouvez toutes les infos sur les tours proposés par la prison ici : Visites guidées

 

Infos générales sur le site internet de la prison de Fremantle (en version française) : ici

Graziella - Gatoi.com
8 Commentaires
  • Clémence
    Répondre

    C’était super intéressant et bien écrit! Je veux bien te croire quant aux mauvaises ondes qu’on doit percevoir dans un tel endroit… Ca doit rester à jamais dans la pierre. Merci d’avoir pris le temps de le partager avec nous! 🙂

    08/12/2016 at 10:53
  • Laura
    Répondre

    À chaque fois je suis transportée par tes articles. Mais celui-ci m’a donnée le frisson ^^
    Il est très bien écrit et on arrive à imaginer ce qu’ils pouvaient vivre dans cette prison et ceux ayant réussi à s’évader c’est juste incroyable ..
    Merci pour tout ce partage.

    02/12/2016 at 10:58
  • Christelle
    Répondre

    Brrrrr. …. impressionnant ! MercI de nous faire partager cette découverte, les photos sont très belles et reflètent bien l’atmosphère de cet endroit.
    Continuez à découvrir. Carpe diem

    02/12/2016 at 9:39
  • mylene V
    Répondre

    Article vraiment captivant !on aimerais encore plus de détails tellement on entre dans l’histoire même en étant à des centaines de km de la! Si un jour je passe dans les coins je ne manquerais pas de faire cette visite pour le moins surprenante!

    01/12/2016 at 8:24

Laisser un commentaire

Voyagez depuis chez vous

Recevez une fois par semaine, un peu d'évasion dans votre boite mail
Votre email
Votre nom