Randonnée de 3 jours au parc national du Tongariro

Emeralds lakes. gatoi, les plus belles photos du monde, découvrir le monde, voyager seule en asie, voyager seule en australie, blog voyageuse, pvt nouvelle zélande, pvt australie, voyager en asie, femme voyageant seule, voyageur autour du monde, blog voyage, itineraire bus, plan et itineraire, faire le tour du monde, site voyage, carnet voyage, récits de voyage,

« L’une après l’autre, les contrées libres de la Terre du Milieu tombèrent sous l’emprise de l’anneau ; mais il en fut certaines qui résistèrent. L’ultime alliance des hommes et des elfes entra en guerre contre les armées du Mordor, et sur les versants de la Montagne du destin, ils se battirent pour libérer la Terre du Milieu. La victoire était proche, mais le pouvoir de l’anneau ne pouvait être vaincu. Ce fut à ce moment précis, alors que tout espoir avait disparu, que moi, je décidai de partir à la recherche de l’anneau »… 

 

Une quête ultime en terre hostile

 

C’est dans le parc national du Tongariro que commença ma quête, au cœur de paysages volcaniques, de vallées glaciaires, de prairies alpines et de lacs émeraude. Me voilà partie pour 3 jours de marche avec ma besace contenant de quoi souper, mes bâtons et mon logis pour la nuit.

 

Le temps semblait incertain. Les vents forts et la pluie avaient contraint certains de mes compagnons de route à reporter leur voyage à plus tard. Après plusieurs jours en ville à attendre le moment opportun, j’obtins enfin l’accord des éclaireurs du DOC et commençai mon périple, plus déterminée que jamais. « Où la volonté ne manque pas, une voie s’ouvre. »

 

La première journée fut majestueuse. Guidée par le soleil, j’avançais sur un chemin cabossé, entourée de volcans et de sommets majestueux, suivant un temps des écoulements de lave ancienne, un autre, le lit de la rivière. Au loin, la montagne du destin se dessine déjà recouverte d’un blanc manteau en son sommet. Je suis attirée par sa beauté. Je continue mon chemin jusqu’à mon premier refuge.

 

Coucher de soleil sur "la montagne du destin". Joffray DUDA ©

 

Rencontre avec un personnage exceptionnel

 

C’est là que je rencontre un curieux personnage répondant au nom d’Aitu. Il est maori et très rapidement, il m’explique l’histoire du parc dans lequel j’évolue. Il me raconte que le chef de sa tribu fit don des monts Tongariro, Ngauruhoe et Ruapehu à la couronne d’Angleterre afin qu’elle les protègent, ces monts étant considérés comme extrêmement sacrés. Il me conta son histoire tantôt en anglais, tantôt en maori.

 

J’ai repensé à ce que disait Gandalf : « Mais tous ces endroits deviendront bientôt des îlots assiégés, pour peu que les choses continuent de suivre le cours qu’elles ont pris. Le Seigneur Ténébreux déploie toute sa force. ». Suite à ce précieux échange avec mon nouvel ami Aitu, j’en viendrais à oublier la phrase du vieux magicien…

Le parc national du Tongariro semble être aujourd’hui entre de bonnes mains.

 

Coucher de soleil, Tongariro. Joffray DUDA ©

 

La journée s’achève alors et un soleil rougeoyant se décide à entamer sa descente, plongeant ce beau spectacle dans un noir obscur. Ce soir je dormirais à la belle étoile.

 

La tempête au milieu des volcans

 

En cette fraîche matinée, le soleil a décidé de ne pas se lever. Un épais brouillard étouffe les montagnes et m’inquiète. Le chemin est long et complexe aujourd’hui. Je dois grimper l’escalier du diable jusqu’au cratère rouge qui me mènera ensuite aux lacs émeraudes.

 

Sans visibilité, je risque de passer à côté de ma quête… C’est avec appréhension que je prends la route. Atui me rassure cependant. Il a étudié le ciel ce matin. Au moment du déjeuner, le ciel s’éclaircira. Je décide de lui faire confiance.

 

 

Le terrain est dépourvu de végétation et le sol se noircit de roches volcaniques recrachées jadis par les volcans furieux. Mais ma vision est limitée toujours par ce vilain brouillard. Grâce à ma discussion la veille avec Atui, je devine que je traverse le « South Crater » et que je suis entourée de volcans endormis.

 

Frôler la mort au sommet du Tonagariro…

 

Malheureusement, c’est ma mémoire qui prendra le relais pour imaginer ces panoramas. Le vent s’accentue et je peine à tenir sur mes deux jambes. La pente s’accentue et ce n’est franchement pas le moment. La voie est instable. Le sentier de plus en plus rocailleux. Je glisse. L’heure du déjeuner approche et je ne vois toujours rien.

 

 

Une armée d’humains m’entoure à présent, pas de quoi me rassurer. L’inquiétude monte. Ils sont aussi à la recherche du précieux… Je décide de faire un court arrêt et réfléchis un instant à rebrousser chemin. et c’est à cet instant que le miracle se produit.

 

Le vent a finalement réussi à chasser le brouillard qui ne reviendra plus et je me retrouve face à un monstre à la beauté surréaliste, celle du cratère rouge. Puis, très vite, je ressens l’appel, à quelques mètres de là…

 

Red crater, Parc National du Tongariro. Joffray DUDA ©

 

… Pour les diamants du royaume

 

Des joyaux. Un vert, l’autre bleu. Ma quête trouve réponse. Le spectacle sous mes yeux est splendide. Des lacs émeraude se marient à un paysage chaotique. Je suis émue. Je reprends mes esprits pour affronter la descente qui se révèlera périlleuse au cœur de ces lacs émeraude, le vent toujours calqué à mes semelles.

 

Mes pieds s’enfoncent dans du sable noir et mes pas glissent sur le sol semé de scories. Je frôle la catastrophe à plusieurs reprises. Je me retrouve enfin à une intersection. Mon aventure ne me guidera pas jusqu’au lac bleu mais je m’enfonce doucement dans une vallée désertique.

 

Emeralds lakes. Joffray DUDA ©

 

L’odeur de soufre s’intensifie et l’armée semble s’être éparpillée. Je suis seule à nouveau et j’évolue au cœur de silhouettes de lave surnaturelles. Même les rochers semblent prendre forme. Après cette expérience unique, j’aperçois mon campement. Je tenterai une petite toilette dans la rivière de laquelle débouche une majestueuse cascade et je me coucherai accompagnée de quelques gouttes de pluie.

 

Emeralds lakes. Joffray DUDA ©

 

Serait-ce Gollum, au loin ?

 

Le lendemain, le ciel est menaçant. Je décide de prendre la route tôt le matin. Je m’enfonce dans des chemins rocailleux avant de m’aventurer dans une forêt de hêtres puis de remonter au sommet d’une crête qui déversera mes pas jusqu’à un prochain campement. Ici, des informateurs m’indiquent que la météo du lendemain s’annonce désastreuse. Je décide de poursuivre ma quête, je ne veux pas avoir à marcher sous la pluie.

 

La route est longue et paraît n’avoir aucune fin. Je n’ai même pas rejoint un point à l’horizon qu’un autre se dessine plus loin encore. Je me demande si j’ai fait le bon choix. J’évolue toujours au cœur d’une végétation aride toutefois peuplée de tussocks, des petits arbustes chevelus coiffés par le vent.

 

 

Je ne serais pas surprise d’y voir Gollum caché. Je me méfie donc. Les nuages menaçants qui ont suivi mes pas toute la journée finissent par apporter la pluie. Je ne vais pas me rendre jusqu’au Lac Tama, un cratère vide aujourd’hui rempli d’une eau bleue azur mais je rejoindrai les chutes Taranaki pour terminer ma quête.

 

Je n’ai pas retrouvé l’anneau au Tongariro. Ni même croisé Gollum. Mais je suis partie à la recherche de moi-même. Et c’est déjà bien suffisant.

 

« Tout ce que nous avons à décider, c’est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. »

Graziella - Gatoi.com
6 Commentaires
  • capucine
    Répondre

    je suis en trin de lire  »bilbo le hobbit »et c’est super.et les rubis sont magnifique!;)j’adore!super (et je ne sais pas comment dire….);)
    PS: le livre, je suis à 265 SUR 315 un peu près.
    et pis on te fait des gros bisous depuis la France=)

    12/11/2016 at 7:10
  • Laure
    Répondre

    Super article !

    12/11/2016 at 6:13
  • Vos photos sont somptueuses ! J’aime beaucoup votre site. grands espaces, pas trop de texte (le contraire du mien!) et donc, ça donne vraiment envie de lire ! des bises du…. creusot 🙁 🙁 🙁 🙁

    11/11/2016 at 6:36

Laisser un commentaire

Voyagez depuis chez vous

Recevez une fois par semaine, un peu d'évasion dans votre boite mail
Votre email
Votre nom