Portrait d’un tailleur d’opale australien

Qu’est-ce qui a bien pu pousser un ancien infirmier en psychiatrie à tout quitter en 1994 pour rejoindre la ville de Coober Pedy ? La folie de la pierre précieuse pardi ! Nous avons rencontré Trevor, un véritable businessman de l’opale passionné et passionnant. Portrait.

 

Entre passion et ambition

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, coober pedy, coober pedy australia, opale

 

C’est au sein de son musée que nous avons rencontré Trevor, ce petit bonhomme à la poignée de main ferme mais à la coupe de pierre délicate. Il a foulé les terres de Coober Pedy il y a plus de 20 ans et ce n’était surement pas pour mordre la poussière. Car Trevor est ambitieux. Après avoir tenté sa chance comme tout le monde dans les champs de mine à la recherche de l’opale, il comprend vite que son opportunité est ailleurs.

 

Pour parfaire ses connaissances sur la pierre, il prend des cours pour apprendre à couper et polir l’opale. Il devient alors très vite théoriquement incollable et techniquement expert sur le sujet.

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, coober pedy, coober pedy australia, opale

 

N’ayant toutefois pas les moyens financiers d’acheter les opales aux mineurs mais possédant les compétences permettant de les mettre sur le marché, il créa le tout premier site internet de vente d’opale à travers et le monde. Et le succès fut au rendez-vous !

 

Quand à nous, nous ne connaissons rien de l’opale. Alors, d’où vient cette pierre ? quelle est sa valeur ? et pourquoi autant de fascination ? Trevor nous a aidé à en savoir plus…

 

Mais qu’est-ce que l’opale ?

 

 

Pour bien comprendre, il faut remonter le temps à l’époque du crétacé. La ville de Coober Pedy était alors recouverte par la mer ce qui est difficile à imaginer vu que 500 km sépare aujourd’hui la ville de l’océan.

 

Au fil des ans, les eaux ont transporté des quantités importantes de silice soluble qui se sont immiscées dans les cavités et fissures de la roche par évaporation. Au fil des années et sous l’action de nombreux changements climatiques, le gel de silice s’est durci créant ainsi l’opale.

 

La première chose qui surprend est sa couleur qui varie en fonction de la lumière. Les espaces réguliers de la pierre sont remplies de petites sphères de silice qui, au contact de la lumière la diffracte et la divise en une ou plusieurs couleurs. Une opale précieuse contient des sphères de silice régulières en taille créant un prisme qui diffractera parfaitement la lumière.

 

 

Les couleurs sont tellement variées qu’on appelle souvent l’opale, la « pierre arc-en-ciel« . Pour les aborigènes, les couleurs seraient le fait d’un arc-en-ciel qui serait tombé sur le sol, donnant sa beauté à la pierre.

 

Il existe différents types d’opale. L’opale blanche ou « laiteuse » est celle que l’on trouve le plus à Coober Pedy. Il est possible de trouver d’autres types d’opales ailleurs en Australie, dans les régions du Queensland ou du New South Wales par exemple. Chaque pierre a sa particularité mais presque toutes doivent leur beauté à la lumière, sans elle, elles perdent de leur éclat mais, heureusement, elles gardent leur valeur.

 

Acheter une opale, ce qu’il faut savoir

 

 

Nous avons eu droit à une démonstration de découpe et polissage d’opale et autant dire qu’il faut être très méticuleux. La découpe va permettre de donner sa forme à l’opale, laquelle sera fonction de la roche dans laquelle elle est emprisonnée. Il faut savoir jouer avec les angles de la pierre, une erreur et elle peut se couper en plusieurs morceaux et perdre de sa valeur.

 

Le polissage permet de faire ressortir l’éclat de l’opale. C’est à ce moment précis qu’elle se révèle à son propriétaire ! Au final, seulement 40% à 50% de la pierre est conservée lors du processus.

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, coober pedy, coober pedy australia, opale

 

Trevor nous explique également que l’opale peut être « montée » de trois façons pour la revente : L’opale solide est la pierre brute à laquelle aucun support n’est ajouté. C’est la pierre qui a donc le plus de valeur. L’opale doublette se compose d’un morceau d’opale solide collé à un support d’opale noire sans valeur. La dernière est l’opale triplette à laquelle s’ajoute un support noir et un dôme. Grâce à cela, chacun peut acheter une pierre en fonction de son budget…

 

Business is business

 

Une question me vient, mais où sont les ateliers de montage de la pierre à Coober Pedy ? Avec la transparence qui le caractérise, Trevor nous explique qu’il est trop coûteux de transformer l’opale en Australie.

 

Les pierres sont donc envoyées en Chine, là où la main d’oeuvre est la moins chère, puis reviennent ensuite en Australie pour être vendues ! Pas très local comme fonctionnement.

 

En plus de son site internet, Trevor a repris le « Old Timer’s Mine » que nous avons visité, le casque vissé sur la tête. Cette ancienne mine transformée en musée permet de découvrir les conditions de travail des mineurs pionniers.

 

 

La maison des anciens propriétaires, en « dugout » bien sûr, est conservée et constitue une des étapes de la visite. En revenant à la surface, une salle d’exposition contenant tout ce qu’il faut savoir sur l’opale, des coupures de journaux retraçant l’évolution de Coober Pedy et des pierres précieuses et l’atelier de Trevor ponctuent la visite. A l’extérieur, un petit bac à sable permet aux visiteurs de chercher de l’opale et il est facile de repartir avec un tout petit bout de pierre en souvenir ! La visite de ce musée est une étape à ne pas manquer.

 

Nous sommes repartis fascinés par l’opale et, en suivant les conseils de Trevor, sommes allés dans les zones ouvertes où il est possible de jouer aux mineurs des temps modernes. Alors, avons-nous trouvé de l’opale ? Ça, c’est une autre histoire…

 


 

OLD TIMER’S MINE

 

  • Crowders Gully Rd, Coober Pedy SA 5723
  • Tel. : (08) 8672 5555
  • Site web : www.oldtimersmine.com

Galerie Photo : Old Timer’s Mine

Graziella - Gatoi.com
10 Commentaires
  • Genevieve
    Répondre

    Merci pour ce voyage instructif.
    Bises de nous 2 à vous deux

    08/04/2017 at 9:52
  • Laura
    Répondre

    Et quel portrait !
    C’est tellement enrichissant, merci pour ce partage <3

    03/04/2017 at 9:55
  • Lili
    Répondre

    Merci pour ce portrait les loulous. Bise

    02/04/2017 at 10:26
  • Laure
    Répondre

    Quel beau portrait !

    02/04/2017 at 11:33
  • Margot
    Répondre

    Super portrait. Je devrais passer à Coober Pedy normalement pendant mon trip. J’y passerais sûrement ça a l’air chouette.

    28/03/2017 at 9:47

Laisser un commentaire

Voyagez depuis chez vous

Recevez une fois par semaine, un peu d'évasion dans votre boite mail
Votre email
Votre nom