Coober Pedy, capitale mondiale de l’opale

Dans l’Outback Australien, une ville minière hors du temps amène les habitants et les visiteurs (!) à se prendre pour des chercheurs de pierres précieuses. Coober Pedy, découverte en 1858 par l’un des plus grands explorateurs australiens John McDouall Stuart, est en effet réputée pour être LA capitale mondiale de l’opale, la pierre arc-en-ciel.

 

Zoom sur l’un de nos coups de coeur !

 

 

La règle de trois : La chaleur, les mouches, le désert

 

La route est un peu longue pour rejoindre Coober Pedy. Ce ne sont pas tant les kilomètres en ligne droite qui sont difficiles à endurer mais plutôt la chaleur écrasante du désert en cette fin d’été couplée à des attaques de mouches qui en ont après votre corps entier, jusqu’aux dernières lueurs du jour. La nuit, c’est l’affaire des moustiques.

 

À Coober Pedy, il peut faire jusqu’à 50°C si bien que les habitants ont décidé de construire leur maison dans des collines ou en souterrains. Le nom de cette habitations insolite : le « dugout » qui peut prendre la forme d’une maison, d’une église, d’un musée ou d’un commerce. En ces lieux salvateurs, la température n’excède jamais les 23° été comme hiver, des pépites en territoire hostile !

 

Mais dans cette ville à part peuplée de quelques « marginaux anti-système » et de « vrais amoureux du désert » comme s’amuse à dire l’un des habitants, c’est le business de la pierre d’opale qui poussa de nombreuses personnes à tout quitter pour tenter leur chance dans l’Outback. Ce n’est pas étonnant quand on sait que 95% de la production mondiale d’opale provient d’Australie et principalement de Coober Pedy.

 

Cette ruée vers l’opale a contribué à la construction de Coober Pedy et à sa forte singularité.

 

 

Coober Pedy, une ville atypique

 

On ne peut pas dire que cette ville est attractive. Elle est poussiéreuse et désordonnée avec tout ses monticules de terre et ses tas de ferraille. Mais elle est pourtant fascinante car intemporelle et décalée.

 

Au point le plus haut de la ville, quelques collines habillent le désert et l’horizon si lointain est incapable de nous rendre notre écho. En chemin, des oeuvres d’arts locales moralisatrices et excentriques nous laisse tantôt pantois, tantôt pensif.

 

Arpenter les rues de Coober Pedy pourtant pas très longues est une véritable expédition. Il faut lutter contre la chaleur écrasante et les mouches sont toujours là, acharnées. Heureusement, il est toujours possible de se réfugier dans plusieurs endroits bien « au frais ».

 

 

Car, dans toute la ville, il y a de nombreux lieux à découvrir, notamment : des hôtels souterrains, des boutiques d’opale, un orphelinat pour kangourou (on y a vu un bébé ! ), une maison creusée à la main par trois femmes, des églises construites dans des collines et… des musées !

 

Ces bâtiments culturels permettent de tout connaître sur la pierre d’opale et de visiter des mines pour certaines en activité, le casque vissé sur la tête. Parcourir des galeries souterraines, assister au polissage de la pierre d’opale sont au programme et sont autant d’activités qui donnent de plus en plus envie de creuser soi-même à la recherche de cette pierre magnifique !

 

 

Pendant notre découverte à pied, nous avons également cru devenir fou. Une forme étrange et massive a attiré notre regard… Un vaisseau spatial, en plein milieu de la ville… Est-ce le soleil qui a tapé trop fort sur nos têtes ou est-ce bien réel?

 

Quand Coober Pedy fait son cinéma

 

Forcément, Coober Pedy avec ses airs de fin du monde n’a pu que servi de décor à de nombreux films ! En dehors de la ville, sur une boucle exceptionnelle de 40 km à effectuer en voiture, Mel Gibson a joué Mad Max dans « Mad Max au-delà du dôme du tonnerre » (titre vraiment pourri en français, je le conçois). Des scènes du film « Priscilla folle du désert » ont été également tournées ainsi que « Pitch Black » avec Vin Diesel, d’où la présence du vaisseau spatial en ville. Il est conservé « intact » et demeure le témoin du passé cinématographique de la ville.

 

 

Une expérience insolite à vivre également à Coober Pedy est certainement son cinéma drive-in. Chaque samedi soir, un film est diffusé sur grand écran. Assis dans sa voiture – le son sortant des enceintes du véhicule grâce à une connexion sur la radio locale ! – c’est parti pour une séance de cinéma sous les étoiles. Et en guise d’introduction, l’histoire de la construction de la ville avant la diffusion du film. Une projection au top !

 

Les Aborigènes, la Lune et les Dingos.

 

A Coober Pedy, nous croiserons également beaucoup d’aborigènes. Une importante communauté y réside et la plupart d’entre eux semble errer plus qu’exister nous rappelant, encore et toujours, le long chemin qu’il reste à parcourir pour intégrer cette population sur ses propres terres…

 

 

Pour comprendre l’attachement des aborigènes aux terres autour de Coober Pedy, nous sommes allés découvrir le parc national des Breakaways, appelé « Umoona » en aborigène qui signifie « longue vie ». Ce territoire est riche d’histoires et de légendes rattachées à la culture du « Dreaming Time » chez les aborigènes.

 

Dans ce parc, il est possible de découvrir certaines de ces histoires, mais beaucoup sont gardées secrètes puisqu’elles font partie d’un processus d’apprentissage destiné aux hommes de la tribu. J’aime l’idée que tout ne nous appartient pas :). La terre de ce parc national, de l’ocre rouge, est utilisé comme couleur pour peindre le corps des aborigènes pendant les cérémonies.

 

 

Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés à la « Moon Plain » qui était à l’origine une forêt. Aujourd’hui, il ne reste que du bois pétrifiés et des fossiles marins, fruits de la sédimentation et de l’érosion passée. Les pierres y sont noires et chaudes. On se croirait sur une autre planète. Encore une raison de comprendre pourquoi des films y ont été tournés. Le sol est également recouvert de gypse, des morceaux de pierres précieuses transparents. Mais attention, il est interdit de ramener une pierre en souvenir, nous sommes sur des terres sacrées !

 

On longera aussi la « Dog Fence », la plus longue barrière du monde ! 2250 km de cette barrière de 5300 km traverse l’état du South Australia dans lequel se trouve Coober Pedy. La barrière couvre trois états et a pour but de protéger les moutons des attaques de dingos en les empêchant de pénétrer sur les états du sud-est du pays. Étrangement, cette barrière semble se fondre dans le paysage.

 

 

Après avoir profité des points de vue dans le parc national, nous avons assisté au début du coucher de soleil et l’avons terminé sur la route nous ramenant à Coober Pedy. Les couleurs étaient sensationnelles !

 

Nous sommes arrivés à Coober Pedy un peu sceptique. Mais nous aurions manqué un endroit vraiment unique en Australie si nous y avions renoncé. Plus nous avons découvert la ville, plus le charme a opéré.

 

On a eu la chance de dormir dans un « dugout », ce qui a rendu l’expérience vraiment insolite (voir le défi n°2). On a rencontré des personnes aux histoires fascinantes (dormir dans un dugout d’exception à Coober Pedy) et on s’est même surpris à chercher de l’opale suite au récit de Trevor (Trevor Berry, portrait d’un tailleur d’opale).

 

Cela peut devenir très vite addictif surtout quand on sait que des monticules de terre peuvent être fouillés librement… Un conseil donc, foncez à Coober Pedy !

 

Graziella - Gatoi.com
10 Commentaires
  • Votrebucketlist
    Répondre

    Super article !! J’ai adoré

    Nathan

    16/04/2017 at 12:48
  • Laura
    Répondre

    La première chose que je me suis dit en regardant les photos c’est « ça me fait penser à Mad Max », et mon sac est prêt pour devenir chercheuse d’opale 😀

    03/04/2017 at 9:48
  • Sylvie
    Répondre

    Très beau récits comme d’habitude.

    02/04/2017 at 10:32
  • Margot
    Répondre

    Ca me motive encore plus à y aller 🙂

    02/04/2017 at 10:30
  • Lili
    Répondre

    Ca donne envie de se prendre pour un chasseur d’opale !

    31/03/2017 at 3:29

Laisser un commentaire

Voyagez depuis chez vous

Recevez une fois par semaine, un peu d'évasion dans votre boite mail
Votre email
Votre nom