A la rencontre des Orques de Bremer Bay

Chaque été, à une centaine de kilomètres d’Albany, plus précisément à Bremer Bay, un bateau prend la mer jusqu’au Canyon de Bremer. La raison : des requins-baleines, calamars géants, cachalots, dauphins, oiseaux de mer et surtout des orques se donnent rendez-vous dans cet écosystème unique. Je vous emmène avec moi dans cette expédition d’exception.

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, orques, bremer bay orques,

 

Un rêve d’enfant sur l’océan

 

Le vent souffle fort sur la baie de Bremer ce matin. Les mouettes peinent à tenir leur trajectoire. Certaines, résignées, restent au sol bien décidées à se faire remarquer par leur cri rauque et nerveux. En arrière plan, les vagues viennent déjà lécher la coque du bateau amarré sur le ponton. A ses côtés, plusieurs personnes attendent le feu vert pour monter à bord. J’en fais partie. Pour moi, cette expédition est spéciale. Je vais peut-être avoir la chance, si elles me le permettent, de rencontrer des orques dans leur milieu naturel. Rencontrer celles que j’ai étudié la première fois à l’école quand j’avais 9 ans et qui m’avait tant fasciné. Et en ce matin de janvier, je commence à réaliser la chance que j’ai de prendre part à une sortie en mer direction un lieu à l’écosystème unique : le canyon de Bremer.

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, orques, bremer bay orques,

 

Le canyon de Bremer

 

Nous sommes accueillis chaleureusement par les membres de l’équipage. On nous annonce des conditions de navigation un peu difficile à cause du vent. Avant de quitter le rivage, l’équipe nous en apprend un peu plus sur ce canyon de Bremer que nous nous apprêtons à rejoindre et qui se situe à 70 km des côtes.

 

Uniquement pendant l’été, un courant froid, « le courant Leeuwin » provenant de l’Antarctique va permettre à l’hydrocarbone contenu dans les fonds marins de rejoindre la surface. Ce mélange crée alors une eau riche en sel et en nutriment qui attire une incroyable diversité de vie qui vient se nourrir : requin baleine, calamars géants, cachalots, dauphins, oiseaux de mer se donnent rendez-vous, côtoyant au passage la plus large communauté d’orques de tout l’hémisphère Sud !

 

La compagnie de bateau n’intervient d’aucune façon et surtout, elle n’utilise pas d’appâts. Ces créatures marines ne sont donc nourris que par l’océan ce qui veut dire que nous allons à leur rencontre sans aucune garantie de résultat, c’est l’animal qui décidera où non de pointer le bout de son nez et de s’approcher de notre embarcation. Le mot d’ordre est « laissons faire la nature » et cela nous va très bien ! Espérons que la chance soit avec nous.

 

Il va donc falloir ouvrir les yeux. Le bateau prend la mer ou la mer prend le bateau, je ne sais pas trop. Les vagues qui venaient gentiment lécher la coque du bateau à quai semble en vouloir maintenant un peu plus à mesure qu’on s’approche du canyon. Et c’est moi qui vais me charger tout le long de ce périple de nourrir l’océan de mon petit-déjeuner…

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, orques, bremer bay orques,

 

Attendre et observer

 

Je regarde l’horizon. Je rêve de m’y cramponner pour retrouver un peu de stabilité. Mes oreilles ne répondent plus et je tremble désormais comme une feuille. Mais il m’en faut plus pour m’avouer vaincue et j’ai bien l’intention de profiter du spectacle, si spectacle il y a. Le bateau met toute sa puissance à rejoindre sa destination mais les vagues sont tenaces et nous ralentissent. Après de très longues minutes, nous arrivons enfin jusqu’au canyon. Le bateau tangue dans tous les sens, peinant à se stabiliser. L’horizon ne m’aide plus ressemblant davantage à un Picasso qu’à une ligne médiane.

 

Le silence est impressionnant, tout le monde a les yeux rivés sur l’océan, appareils photos à la main, prêt à photographier le moindre petit mouvement. C’est excitant. Stressant. Des albatros font des courbettes, d’autres oiseaux commencent à s’agiter. C’est bon signe. Plus il y a d’oiseaux concentrés à un même endroit, meilleures sont les chances de voir apparaître un des mammifères car cela signifie qu’il reste de la nourriture à leur dérober.

 

Les oiseaux sont toujours là et ils ne semblent plus quitter le bout de ciel qu’ils occupent depuis de longues secondes. Nous nous impatientons, je retiens mon souffle quand soudain…

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, orques, bremer bay orques,

 

Un petit geyser d’eau, un souffle. Tout le monde s’agite, l’équipage nous indique la direction pour ne rien manquer du spectacle. Devant moi, à quelques mètres seulement, ce cétacé qui se situe au-dessus de la chaîne alimentaire et qui n’a aucun prédateur – pas même le requin qu’il chasse parfois pour se nourrir (!) -, cette beauté que l’on reconnait si facilement par sa couleur noire et blanche, j’ai nommé, l’orque. Pendant plus d’une demi-heure, une dizaine d’orques va venir s’amuser à tourner autour du bateau. Certaines ne sortent que la nageoire dorsale, d’autres nous laissent percevoir la profondeur de leur regard. Quelle chance inouïe !

 

L’orque, ce cétacé fascinant

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, orques, bremer bay orques,

 

Pour faire très simple, il existe plusieurs types d’orques en fonction des zones géographiques. De ce fait, des différences dans la morphologie, dans les modes de déplacement, dans l’alimentation et même dans les modes de communication peuvent s’observer. De récentes recherches ont même mises en avant différents langages. Il paraîtrait qu’une orque en Antarctique ne peut pas comprendre une orque du Pacifique. Elles utiliseraient l’écholocation – petits sons similaires à des clics – de manière bien distinctes.

 

Les orques vivent par groupes familiaux plus ou moins larges. C’est toujours une femelle mature qui dirige le groupe, on parle alors de système matriarcal. Les mâles mesurent de 7 à 9 mètres de long, les femelles généralement 6 à 7 mètres pour un poids d’environ 3 tonnes. Le mâle peut peser jusqu’à 8 tonnes, pas étonnant donc que le petit à la naissance fasse déjà plus de 150 kg. La période de gestation est de 16 mois, et la maman ne fera qu’un seul « petit » tous les 5 ans environ. Généralement, les femelles survivent aux mâles, la durée de vie d’une femelle étant estimée à 80 ans contre 60 ans pour les mâles.

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, orques, bremer bay orques,

 

Puis, le guide nous explique comment différencier les orques femelles, des mâles grâce à l’aileron dorsal. Celui du mâle est long et droit (environ 2 mètres de haut) alors que celui de la femelle est incurvé et plus petit. En captivité, l’aileron est complètement courbé car il n’est plus soutenu par la forte densité de sel contenu dans les océans. Avec ces indications, nous faisons immédiatement le test et repérons notre premier mâle et de nombreuses femelles !

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, orques, bremer bay orques,

Crédits photo : Keith Lightbody & Bremer Canyon Killer Whale Expeditions

 

Enfin, je demande au guide d’où viennent les orques qui me font face. Il m’explique que ni leur provenance ni leur destination ne sont connues. Les équipes n’utilisent pas de traçage GPS, considérant cette action comme trop agressive sans compter le risque de modifier le comportement des animaux et donc de mettre en danger le processus d’interaction rendu possible aujourd’hui à travers cette expédition.

 

J’essaie autant que possible de profiter de ce spectacle même si les vagues défient encore mon estomac. Après avoir évité autant que possible les plateaux-repas qui paraissaient pourtant délicieux, je me dirige dans la cabine intérieure du bateau. Depuis la fenêtre, je regarde l’horizon. Les orques commencent à se disperser. Je n’aurais plus la force de me relever jusqu’à ce que l’expédition touche à sa fin.

 

australie, pvt, pvt australie, voyage australie, gatoi, photo voyage, orques, bremer bay orques,

Crédits photo : Keith Lightbody & Bremer Canyon Killer Whale Expeditions

 

J’ai eu la chance de participer à cette excursion à la journée et de côtoyer des professionnels passionnés et formés qui mettent toute leur énergie à faire de cette expérience la meilleure qui soit. Oui, participer à une sortie aussi unique constitue un budget assez conséquent mais une partie de cet argent est réinvesti dans la recherche. Et puis surtout, le souvenir de cette rencontre avec ce super-prédateur restera à jamais gravé dans ma mémoire et peut-être même dans la sienne. Et ça, ça n’a pas de prix.

 


 

NATURALISTE CHARTERS

 

 

La compagnie et certifiée éco-tourisme et en plus elle soutient Sea Shepherd, c’est important de le souligner 🙂

 

Galerie Photo : Bremer Bay Killer Whales

Graziella - Gatoi.com
12 Commentaires
  • Caro
    Répondre

    Super article ma twins, j’ai appris des trucs et les images sont magnifiques !
    Le mal de mer.. Je compatis à 100%.. !
    Je pense bien fort à toi ! Des bisous

    16/03/2017 at 11:07
  • Rolland Alain
    Répondre

    bravo, sincèrement bravo, un super article bien écrit documenté et illustré. je n’ai pas beaucoup de temps pour vous suivre mais je mesure ici ce que je manque.
    bonne continuation avec mon amitié!

    13/03/2017 at 8:47
  • Laura
    Répondre

    10 fois que je lis cet article , et je ne m’en lasse toujours pas. Les photos sont magnifiques et rencontrer ce prédateur c’est juste exceptionnel, un rêve.
    Merci encore de nous faire partager tout cela.

    09/03/2017 at 10:04
  • Capcat
    Répondre

    Coucou graz!!!!
    Je vien de voir ton message!
    Je ne sais pas quoi dire.Sauf que c’est super!!!!!
    Gros calin.
    Capucine

    08/03/2017 at 1:46
  • Christel
    Répondre

    Merci pour ce récit très instructif de ton aventure avec les orques malgré ton mal de mer qui a du gâcher ton plaisir….. J ‘ai vécu un peu la même aventure aux large de Tenerife à la rencontré des baleines pilote et dauphins, des moments inoubliables…
    Pas facile de prendre des photos, celles que tu as postées sont magnifiques !
    Bonne continuation et plein de belles découvertes
    Bisous à vous deux

    08/03/2017 at 1:07
  • Laure
    Répondre

    Magique !

    08/03/2017 at 9:02

Laisser un commentaire

Voyagez depuis chez vous

Recevez une fois par semaine, un peu d'évasion dans votre boite mail
Votre email
Votre nom